Le Prix Henri Pousseur

Attribué tous les deux ans, le Prix Henri Pousseur récompense un jeune lauréat d’un Conservatoire de la Communauté française Wallonie Bruxelles.

 

Les lauréats du Prix Henri Pousseur :

Gilles Doneux – Lauréat de l’édition 2009-2010
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : SecondLife Symphony pour violoncelle et électronique

Après l’apprentissage de divers instruments, Gilles Doneux se tourne vers la composition et entre, en 2005, au Conservatoire Royal de Mons. Il y obtient en 2010 un master en composition dans la classe de Claude Ledoux, et en 2011 un master en écritures classiques dans la classe de Jean-Pierre Deleuze. Il y a également suivi des cours de musiques appliquées (musique de cinéma, théâtre,… ) avec Denis Pousseur et Jean-Luc Fafchamps.

Particulièrement intéressé par la musique mixte, il complète sa formation à l’université Paris VIII ainsi qu’à l’université de Montréal. Ses recherches se portent sur l’interaction entre les écritures instrumentales et électroacoustiques. Passionné par la transmission de sa passion, Gilles est enseignant au sein du Conservatoire Royal de Liège et travaille depuis 2016 en tant que réalisateur en informatique musicale au Centre Henri Pousseur.Il est également membre de l’ensemble LAPS.

En tant que compositeur, il a reçu des commandes des ensembles Musiques Nouvelles, Nikel, Orchestre Royal de chambre de Wallonie, Maitrise de la Loire, du festival Ars Musica et du festival Musicalta (Alsace).

 

Gaëlle Hyernaux – Lauréate de l’édition 2011-2012
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Through Y Ring pour quatuor à cordes et électronique

Licenciée en guitare à l’IMEP (Namur) dans la classe de Maria-Nieves Mohino, Gaëlle Hyernaux entame en 2005 des études de composition au Conservatoire Royal de Liège dans la classe de Michel Fourgon (Gilles Gobert pour la musique mixte).

Gaëlle collabore régulièrement avec la compositrice Sarah Wéry ; depuis 2011, leurs œuvres communes sont signées Georges Elpenor. Ses différentes rencontres l’ont également amené à travailler avec l’ensemble Nahandove, le quatuor Tana, l’Orchestre Studio de Cergy-Pontoise, les Agrémens, le CAV&MA, l’ensemble Musiques Nouvelles, Patrick Baton, Alain Pire, Izumi Okubo, Jean-Pierre Peuvion, Vincent Royer,…

Gaëlle a reçu le prix André Souris en 2008 et le Prix Pousseur en 2011. Elle est professeur de guitare au conservatoire de Verviers, à l’académie de Grez-Doiceau et est l’assistante dans la classe de guitare de Maria-Nieves Mohino à l’IMEP.

 

Pierre Slinckx – Lauréat de l’édition 2013-2014
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Beats pour quatuor à cordes et électronique

Pierre Slinckx a étudié la composition et les écritures approfondies à ARTS2 notamment auprès de Claude Ledoux, Jean-Pierre Deleuze, Jean-Luc Fafchamps, Gilles Gobert et Denis Pousseur. Il est aussi agrégé en écritures.

En tant que compositeur, il est régulièrement sollicité par des ensembles tels que Musiques Nouvelles, l’Orchestre Philharmonique  de Liège, TANA, l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, Sturm und Klang et Fractales, qui lui commandent des oeuvres instrumentales et mixtes. Lauréat du prix Henri Pousseur 2013 et du Prix André Souris 2015 qui récompensent de jeunes compositeurs prometteurs, il est membre de l’ensemble LAPS en tant que compositeur et performer laptop.

En plus de la musique de concert, il compose également des bandes originales. Ainsi, les courts-métrages d’animation “Maintenant il faut grandir” (2012) et “Deep Space” (2014) réalisés en collaboration avec Bruno Tondeur ont été sélectionnés et primés à de nombreux festivals internationaux. Il est co-fondateur de l’asbl SMOG qui organise mensuellement des concerts à Bruxelles. Il enseigne les écritures à ARTS2  et la guitare classique, d’accompagnement et électrique à l’ASBL Cap sur la Musique.

 

Guillaume Auvray – Lauréat de l’édition 2015-2016
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Fixor pour violon, piano et électronique

Guillaume Auvray est né en 1990. Il étudie la composition au Conservatoire Royal de Liège auprès de Michel Fourgon ainsi que la direction d’orchestre dans la classe de Patrick Baton. Au Conservatoire de Maastricht, il suit les cours de Direction d’ensembles de musique contemporaine auprès de Robert Platz.

En 2008 il fonde l’Orchestre et les Chœurs SOFYA. En 2010, l’Église Saint Jean-Baptiste de Wavre le désigne comme Organiste-Cantor titulaire. En 2014, il est nommé, pour une période de deux ans, directeur artistique de l’Orchestre Jean-Noël Hamal de Liège ainsi que chef principal de l’Ensemble Chaves (Pays-Bas). Lauréat du Prix de l’ARIAM au Concours International de composition de Boulogne-Billancourt en 2013, l’Orchestre de la Grande Région lui commande, l’année suivante, son 1er Concerto pour violoncelle et orchestre, Der Kreis.

En 2015, Guillaume Auvray remporte la première session de Ça Balance Classique avec son œuvre Le Ruisseau pour ensemble et électronique live.

 

François Couvreur : Lauréat de l’édition 2017-2018
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Trash TV Dance pour violoncelle et électronique

Compositeur, guitariste classique et électrique, musicien chambriste et improvisateur, François Couvreur est né à Bruxelles en 1992 et  s’est formé au Conservatoire Royal de Liège, notamment auprès de Michel Fourgon, Jean-Yves Colmant, Gilles Gobert, Hughes Kolp et Adrien Brogna.

Il écrit et collabore avec l’Ensemble Hopper dont il est le guitariste et membre constitutif, l’Ensemble 88 (Hollande), Musiques Nouvelles, l’Ensemble Ukho (Kiev, Ukraine), l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège, ou encore avec l’ensemble Dodéka.  Ses œuvres ont été programmées dans des festivals tels que le Festival Loop, Images Sonores, le festival Échanges et créations (Mons et Liège), Ars Musica et à d’autres concerts lors d’occasions diverses. Sa pièce «  A soffio solo », commande de l’Orchestre Royal Philharmonique de Liège est créé en mai 2015 sous la baguette de Christian Arming, et reprogrammée la même année. François Couvreur est lauréat du concours Ça Balance Classique 2017, du Prix Henri Pousseur 2018 et finaliste du concours international de composition Cita di Udine (Italie) en 2016. Sa musique est enregistrée sur la compilation « Ça balance 2017 » et sur « New sounds of guitar(s) »

François Couvreur est également actif comme instrumentiste et se produit fréquemment en concert, seul ou dans des formations variées, dans un répertoire très divers (musique de chambre, improvisation, répertoire classique de la guitare, créations et musiques actuelles), en Belgique et à l’étranger.

 

Eliott Delafosse – Lauréat de l’édition 2017-2018
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Trois études de musique mixte pour piano, violoncelle et électronique

Le compositeur et artiste sonore Eliott Delafosse est diplômé du Conservatoire Royal de Mons (ARTS2) en composition, où il a étudié dans les classes de Claude Ledoux, dédiée à la musique contemporaine, et de Denis Pousseur et Jean-Luc Fafchamps, spécialisée dans la relation entre musique et image dans les domaines du cinéma, du théâtre ou encore des jeux vidéos (Musiques Appliquées et Interactives). Il a également eu l’opportunité de suivre des cours avec Jean-Luc Plouvier, Christophe Guiraud, Arnould Massart et Jean-Marie Rens lors de masterclass ou de séminaires. Particulièrement intéressé par les interactions entre électroacoustique et musique instrumentale, ainsi que par l’ambiguïté qui existe à leur frontière, son expérience dans le domaine de la musique électronique nourrit son travail acoustique, et vice versa.

Sa musique a été jouée par des ensembles comme David Cohen & Brexchange Cello Ensemble à Londres, Ex Novo Ensemble dans le cadre du MusMa (Belgique, Italie, Pologne, Suède), l’Ensemble 21, Musiques Nouvelles, Sturm Und Klang, ou encore les ensembles LAPS et Fractales. Il a écrit pour le Symfonie Orkest Vlaanderen et pour Spectra, dans le cadre du festival Ars Musica en collaboration avec Joris Blanckaert.
Sa musique à l’image inclue des bandes originales de court-métrages des Gobelins (Hors de l’Eau), de Méliès (Agent Smith – Les Fantômes du Passé), ou de l’IAD, une collaboration avec un danseur de Buto à Kyoto, une musique originale pour une création de la metteuse en scène Sylvie Landuyt au KVS (DYWPWM). Deux court-métrages indépendants, Mithra (Cécile Ibarra) et Un peu de Lumière (Joël Durant), sortiront bientôt.

 

Alithéa Ripoll – Lauréate de l’édition 2019-2020
Œuvre réalisée dans le cadre du Prix : Cherche un peu, théâtre musical pour clarinette contrebasse, percussions, chant et électronique

Née en 1990, Alithéa Ripoll est acceptée dans la classe de composition de Michel Fourgon au Conservatoire Royal de Liège à l’âge de 17 ans. Elle y obtient un Master didactique en 2014 avec grande distinction et y enseigne à son tour en tant qu’assistante-conférencière. En 2017, elle intègre le Centre d’Art Vocal & de Musique Ancienne de Namur (CAV&MA) en tant que responsable pédagogique. Actuellement, elle entame un doctorat en composition et création sonore à l’UdeM (Montréal, QC) chez Ana Sokolović.

Elle a été jouée dans le cadre de plusieurs festivals tels que Images Sonores (Liège), Klanken Festival (Maastricht), Ars Musica (Bruxelles), Loop (Bruxelles), 2 Visages de la Musique Électroacoustique (Bruxelles), Smetana Festival (Plzen, République Tchèque), Mons 2015, la Semaine de la Francophonie 2016 (Radio France – Paris), Musica Polonica Nova (Wroclaw, Pologne), le Festival Émulation 2017 (Liège), la BIP [off] 2018 (Liège), Belgian Music Days (Leuven) 2018, Festival Internacional de Musica Contemporánea UC (Santiago, Chili) 2018.

En 2015, elle reçoit une commande de Radio France lui demandant de composer et d’écrire pour l’orchestre de jeunes lycéens français du monde et pour une chorale d’un collège français dans le cadre de la Semaine de la Francophonie. Elle reçoit le Prix André Souris [Loop 2015 – prix de la Sabam] et compose pour l’occasion une pièce créée dans le cadre de Attention ! Musiques fraîches (Flagey) en 2017.

Alimentée par l’interdisciplinarité, elle développe divers projets en collaboration avec des comédiens, acteurs, metteurs en scène, plasticiens, poètes, et bien sûr des musiciens. Près d’une cinquantaine de compositions exécutées résultent des collaborations avec des ensembles tels que Musiques Nouvelles, Quatuor TANA, Open Slide, Laps, Hopper, Paramirabo, Sepia, avec des chœurs tels que le Chœur de Chambre de Namur, avec des solistes tels que Vincent Royer, Thérèse Malengreau, avec des troupes telles que le DARPA Collectif, 4MM, ainsi qu’avec des artistes tels qu’Isabelle Linotte et Matthieu Litt.